Ristorante i 5 Sensi

New entry de ce restaurant jeune et dynamique dont les gérants: trois frères préparés et passionnés, assistés de leur mère, qui ont inauguré en mars 2017 ce restaurant situé dans le centre historique de Cuneo, un milieu moderne et lumineux, informel et accueillant. L’offre de menu répond à tous les besoins: du réduit à 27 euros, avec 1 hors-d’œuvre, 1 entrée, 1 plat et dessert, 30 euros avec l’ajout d’un hors-d’œuvre, et la dégustation plus complète, avec 3 hors-d’œuvre, l’entrée et le plat au choix et le dessert. En ajoutant les boissons, on atteint un excellent rapport qualité-prix. Les préparations sont créatives et originales, cuisinées avec des produits locaux liés à la saison et présentées avec élégance. Par exemple, la pâte filo croustillante aux poires abate et nuancée avec du Porto et de la sauce de gorgonzola dans les hors-d’œuvre, les maltagliati au sarrasin avec du ragoût de lapin sur la crème de poivrons de Carmagnola et les ravioles exquises du Val Varaita dans les entrées, suivies de la queue de veau au vin rosé avec son consommé, et préparations délicates de poisson, pour terminer les excellents desserts, tous rigoureusement de la maison, avec les fruits, aussi exotiques, les puddings et les glaces, l’inévitable gâteau au chocolat, servis avec inspiration et fantaisie. Excellente sélection de fromages servis avec compotes et miel. Très bon service. Bonne sélection de vins, recommandés par le sommelier dans la salle.

La Crota

Dans la zone centrale de Mondovì, une petite enseigne indique la présence du restaurant, nommé la « crota » qui en piémontais indique la cave. Les grandes voûtes, le mobilier moderne avec des combinaisons de bois et de pierre, les peintures dans des tons chauds créent une ambiance agréablement accueillante. Dans la salle, il y a Alessandra qui travaille, gentille et polie, tandis que son mari Daniele, chef raffiné et préparé, se consacre au poêle. Ensemble, avec beaucoup de passion et de professionnalisme, ils proposent une cuisine créative avec des ingrédients locaux sans cacher les origines liguriennes. Au menu, on retrouve le délicieux beignet de sésame croquant aux poires et fromage bra tendre (8 euros) et la morue à la crème à l’huile extra-vierge d’olive avec sauce verte et panizza frite (10€), parmi les entrées, gnocchis de pomme de terre au cacao, crème de parmesan Grana Padano et poivre (9€), raviolis à la ricotta et citron avec crevettes rouges, tomates cerises et marjolaine (14€) ou l’authentique trenette au pesto avec pommes de terre et haricots verts (9€). On retrouve ensuite le savoureux veau mijoté au lait et noisettes avec tarte aux pommes de terre aux herbes (15€) et les morceaux de lapin aux olives et pignons de pin (14€), mais aussi les plats de poisson comme le filet de bar en croûte de câpres (16€) et anchois panés et frits (12€). On conclut avec des desserts maison tels que la crème à la rose et au chocolat blanc ou le cheesecake à la sauce framboise et biscuit aux arachides (6€).

Grand Hotel Principe

Le Grand Hôtel Principe bénéficie d’un emplacement magnifique en face des pistes de ski et du départ des remontées mécaniques. La structure historique est née en 1939, à quelques pas du centre-ville, devant le premier téléphérique à patins et, encore aujourd’hui, maintient tout le charme d’un impressionnant bâtiment en pierre, entouré d’un parc de pins et mélèzes qui sont bien représentés par la piscine et l’espace extérieur du Bar-Restaurant. La cuisine est en mesure de satisfaire à la fois les touristes à la recherche de plats de la cuisine internationale et les amateurs de la tradition gastronomique piémontaise. Parmi les hors-d’œuvre, vous pouvez trouver le plateau classique de salami local et tarte salée avec la fondue au Raschera; parmi les entrées se démarquent les valgranotti au Castelmagno, les tagliolini à la crème de truffes d’Alba et les soupes traditionnelles montagnardes y compris l’« ULA » succulente préparée avec des haricots, poireaux et côtes de porc, cuits au feu lent pendant de nombreuses heures dans la casserole traditionnelle de terre cuite ; parmi les plats principaux domine le gibier, le cerf, le chevreuil et le sanglier, cuits avec des herbes ou cuits avec Barolo et barbaresco ; pour finir, parmi les desserts, avec les tartes à la confiture aux baies sauvages, l’inévitable et traditionnel Bunet. La cave offre des étiquettes locales, des rouges importants, Barolo et Barbaresco, ainsi que des vins d’autres régions connues et demandées par des clients internationaux.

Osteria Italia

À quelques km de Alba, il y a une petite fraction au nom ronflant San Rocco Seno d’Elvio, ici entourée par les vignobles de Barbaresco, entre les collines et dans le cœur des Langhe, se trouve l’Osteria Italie. Marina et Renato Delpiano, les propriétaires et les gestionnaires du restaurant, servent une cuisine traditionnelle très liée aux produits locaux, avec quelques plats revisités. L’ambiance est rustique mais élégante, décorée avec goût, les murs avec peintures et œuvres d’art qui ornent la salle. Marina prend soin de la salle avec un accueil chaleureux; Renato, mignon et prêt à une blague, dans la cuisine prépare des plats exquis et servis généreusement. Juste assis là, il va éiguiser votre appétit avec les mensonges salés avec une tranche de salami, puis on commence avec les hors-d’œuvre, y compris un délicieux veau au thon ou flan de bettes avec fondue. Parmi les premiers, les raviolis du plin, les tagliatelle de Langhe aux 30 rouges ou les gnocchis avec Castelmagno. Parmi les viandes, le choix est difficile entre le chapeau d’un prêtre rôti ou selle d’agneau à la moutarde canneberge. Pour déguster les desserts, tous faits à la maison, comme le gâteau aux noisettes avec sabayon au muscat ou la tarte aux pommes. Large sélection de vins, avec une prédominance des producteurs locaux. Menu de dégustation à 35 euros.

La Luna nel Pozzo

Ce restaurant est situé dans le centre historique de Neive, un petit village à quelques km de Alba, entouré de vignes du Barbaresco dans le cœur des Langhe. La salle est grande et décorée avec goût, l’atmosphère chaleureuse et accueillante, Vera et Cesare ont créé à partir de rien cet endroit, ils définissent «téméraires et courageux», mais ils ont fait un long chemin depuis le janvier 1990, ils ont appris beaucoup de choses, et ils ont réussi à offrir une cuisine liée au territoire, mais avec des idées novatrices. Les chercheurs des produits de haute qualité: à la fois pour les fruits et légumes issus de l’agriculture biologique et pour toutes les viandes, les agneaux, les lapins, les chèvres et les volailles élevés de façon traditionnelle et pour le fromage produit par les laitières locales. Avec passion chaque jour, ils cuisent quatre sortes de pains grâce à la farine moulue sur pierre dans les moulins locaux. Vera dans la cuisine exprime naturellement sa charge créative. Dans le menu de dégustation de 45 euros, nous trouvons le filet de porc fumé à la maison, de la salade de jambe et grenade, les tortellis de poulet fermier sur crème de chardons et le carré d’agneau aux herbes et poireaux avec des graines de sésame et un dessert à choisir à la carte. On propose aussi le menu de dégustation de 58 euros avec des plats plus élaborés, et, selon la saison et l’heure, les menus à la truffe blanche ou noire. Bien entretenue carte des vins avec les meilleurs vins des collines voisines.

La Libera

Dans le centre de Alba, un historique local avec ambiance moderne et essentielle. La cuisine proposée est le résultat de la créativité des trois chefs, Flavia Boffo, Matteo Viberti et Massimo Corso, avec l’aide de Alessia Nastro. Les recettes traditionnelles piémontaises sont revisitées en créant des plats uniques et intéressants. Dans la chambre vous êtes toujours accueillis avec un sourire et conseillés sur les spécialités du jour. Il est fondamentale la qualité de produits. Le poisson provient du marché aux poissons Il Molo di Alba, la viande provient de la boucherie Parracone de Valdieri, et les producteurs locaux garantissent l’authenticité de légumes, de fruits et d’œufs. Dans le menu à la carte, nous trouvons tous les plats qui ont rendu grande la cuisine piémontaise, la jardinière, le veau avec la sauce au thon, les raviolis du plin, les tripes au gratin, la viande battue au couteau, la panna cotta et le tiramisu. Des plats que vous trouverez tous les jours. L’endroit idéal pour profiter de la truffe blanche. Carte des vins avec large choix, avec une attention particulière aux petits et moyens établissements vinicoles locaux. Prix à partir de 40 euros, toujours liés à la qualité des produits. Lalibera, vous écrivez et vous prononcez comme s’il s’agissait d’un mot seul, c’est plus d’une taverne et qui vaut certainement une visite.

Osteria DI VIN Roero

L’Osteria est situé sur la place centrale de Vezza d’Alba, joli village dans la région de Roero, zone de la production de vins de qualité, principalement le Roero et l’Arneis. À l’origine, il était appelé dans le dialecte local « Ca d’i vin » (maison du vin), lieu où on sert le vin avec possibilité de prendre quelque chose, puis il est devenu taverne en changeant de nom par celui actuel, qui se prête à un jeu de mots amical. Dans la cuisine, les mains expertes de Mark, dans la salle la sympathie et la convivialité de Rosa vous accueillent dans ce beau et typique restaurant avec quatre chambres attachées. Le décor et l’attention au détail, malgré la simplicité et le caractère unique de la région, vont vraiment vous faire sentir « dans l’ancienne maison des grands-parents. » Un menu de dégustation à 24 euros, vin non compris, vous permettra de déguster la cuisine typique du Roero, à partir de différentes hors-d’œuvre de veau battu avec des herbes, classique salade russe, tarte aux épinards avec fondue, jusqu’aux pâtes faites à la maison, assaisonnées au ragoût piémontais ou aux champignons et truffes en saison, les gnocchi avec Raschera, en passant aux deuxièmes morceaux de cerf au civet, dinde au Nebbiolo ou de la viande d’agneau. À la fin, des desserts locaux tels comme bunet, panna cotta et doux sabayon de gâteau aux noisettes. Cave discrète avec des étiquettes locales.

Ristorante Venaria Reale « Da Matteo »

Nous sommes aux portes des Langhe, sur la rive gauche du Tanaro. La Venaria était à l’origine une auberge pour les chasseurs, devenue royale au XVIIIe siècle pour leurs connaissances 8 nobles. Napoléon y résida en 1796 à l’occasion de l’armistice de Cherasco, et de lui Narzole reçut l’investiture de la traditionnelle Foire de novembre, et la « Venaria Reale » devint un point de référence pour l’hébergement et les rafraîchissements, et il l’est encore aujourd’hui avec des prix corrects (60 – 80 euros). Le restaurant attenant a pris le nom du propriétaire qui, avec l’aide de son fils Luca, le gère depuis plus de 40 ans, en préservant ainsi ses origines. Ici, vous pourrez déguster la vraie cuisine piémontaise, avec les hors-d’œuvre traditionnels, exposés en vitrine, tels que viande crue de Fassone battue au couteau, veau à la sauce au thon, salade russe, saucisse de Bra, langue à l’écarlate, pâté de foie, cotechino à la fondue, etc., avec la présence de truffes toute l’année, noires ou blanches en fonction de la saison. Parmi les entrées: raviolis au beurre et à la sauge ou à la sauce de viande, risotto à la fondue, taglierini à la Langarola aux champignons et soupes de légumes. Parmi les plats principaux, l’immanquable rôti aux noisettes, la viande braisée, la fondue aux truffes. Parmi les desserts classiques, on trouve la panna cotta, le bunet et les pêches à l’amaretto. Vins à prédominance de vins rouges du Piémont issus de producteurs des Langhe proches. Pour un déjeuner complet sans limite de quantité, vous ne dépenserez pas plus de 30 euros hors vins (sauf en saison de truffes blanches dont le prix sera déterminé par le marché).

Osteria Primi Dolci

Cervere est connu au niveau international pour la production d’un délicieux poireau, dont le festival a lieu en novembre. Pendant la période du festival, la proposition du chef est un menu avec le poireau comme protagoniste absolu, avec 5 apéritifs, un premier, un deuxième et un dessert, à 28 euros, à l’exclusion des boissons. Le poireau n’est pas la seule spécialité: ici vous trouverez, par exemple, les escargots cuits avec tomates fraîches, ail, persil et poireaux, très voulus à Giovanni Arpino, les grenouilles et la coupe de fassone cuite sur la pierre stéatite. L’atmosphère est agréable et accueillante, le service est sympathique et attentif, grâce à la sympathie et à l’attention du chef Massimo et ses collaborateurs. Dans le menu à la carte vous trouverez les plats traditionnels piémontais à partir des hors-d’œuvre tels que l’anguille dans la carpe et la viande battue au couteau, parmi les premiers les agnolottis du plin, les tajarin avec la sauce à la viande de la “Granda », les gnocchis au Castelmagno; parmi les deuxièmes nous vous rappelons encore grenouilles et escargots, et nervures et filets servis sur la pierre. Très intéressants sont les desserts, sûrement à goûter au parfait nougat avec sauce aux noisettes et œuf flip avec baisers de dames. La carte des vins propose les meilleures productions du territoire. Les prix sont honnêtes, environ 30 euros.

Trattoria Vascello d’Oro

Cet endroit est maintenant une institution, né en 1887 a toujours été géré au niveau de la famille et depuis 1982 est à la barre de la famille Cravero, le patron Beppe, grand communicateur et chef, avec Mme. Lidia, affable et gentille en salle, et le fils Marco, qui est également sommelier et auquel on doit le mérite d’une carte des vins très large. Le petit restaurant chaleureux et accueillant est situé dans une maison typique du pays, avec quatre chambres meublées avec meubles anciens de la famille et une cave, “la crota dl’amicissia », où ils peuvent dîner jusqu’à 10 personnes, l’espace nouveau à l’étage supérieur et pendant la belle saison vous pouvez déjeuner dans la petite terrasse. Vous pouvez commencer par les classiques hors-d’œuvre mixtes piémontais, y compris la viande battue au couteau et la salade russe, dans les premiers nous trouvons les raviolis de riz et coj (chou) et les tajarin avec la sauce. Le protagoniste absolu est le bouilli mixte, ici c’est l’endroit idéal pour le goûter dans le respect de la grande tradition avec le bon nombre de la viande et avec les sauces typiques (7 morceaux de la viande avec 7 sauces). Si vous préférez goûter aux utres spécialités, choisissez le batsua (les pieds du porc panés et frits) ou la financière. Il est bon le choix de bonbons, à partir du bonet aux gâteaux de noisettes et poires cuites dans le vin. Menu dégustation à 37 euros, dans la semaine à 35 euros.